NiouzMum Petite Maman

Publié le par NiouzMum

 

20120824.jpg

À l'occasion d'un dîner il y a quelques jours avec le filleul de ma mère et ses parents, je me suis projetée quelques 21 ans en arrière (gloups) ...


J'avais alors un peu plus d'une dizaine d'années, je ne rêvais que d'une chose c'était d'avoir un petit frère ou une petite sœur pour pouvoir pouponner un vrai petit bébé ... Mon frère était bien trop grand et mes nombreux poupons pas assez interactifs ...
Ce soir-là nous étions allés dîner chez ces amis de mes parents, qui avaient un bébé-tout-neuf d'à peine quelques mois (3 ou 4 je dirais).


Je ne pouvais détacher mes yeux de ce petit être si mignon, que je considérais alors comme "le plus beau bébé du monde" (sache que maintenant et sans surprise je peux t'assurer que ce sont les miens les plus beaux du monde - en toute objectivité bien entendu ;p) ...

Je passais ma soirée avec lui dans mes bras, ou penchée sur son berceau à le contempler, ou encore collée aux basques de sa mère pendant qu'elle s'en occupait. Jusqu'à ce que, ayant fermé sa couche et pressionné son body, elle me propose de lui remettre son pyjama.


Quelle ne fut pas ma fierté à ce moment là, ma poitrine s'est gonflée de bonheur et un immense sourire de gratitude a inondé mon visage.
Elle a donc quitté la chambre pour rejoindre ses invités, me prouvant à quel point sa confiance en mes soins était grande.


Je ne me souviens pas de son pyjama, je me rappelle juste que c'était une grenouillère se boutonnant dans le dos.
Je n'ai eu aucun mal à lui passer les bras et les jambes, puis je l'ai fait rouler délicatement sur le ventre afin d'atteindre les boutons. Coopératif il soulevait sa petite tête, tirant ainsi sur sa nuque et je me souviens avoir galéré pour fermer ces boutons ...
Je suais à grosses gouttes et m'excusais sans cesse auprès de lui de la lenteur de mes mouvements ... Je n'ai pas paniqué mais me fustigeais intérieurement de ne pas être plus rapide à passer ces foutus boutons dans leur boutonnière ... J'étais sincèrement navrée pour lui du temps que ça prenait et désolée qu'il doive faire autant d'efforts pour maintenir sa tête ...
Quand j'ai enfin terminé il n'a pas semblé plus perturbé que ça et m'a gratifié de nombreux sourires le reste de la soirée.


Par la suite j'ai pris plaisir à m'en occuper à chaque fois que nos parents se réunissaient et c'est pleine de nostalgie que je me suis rappelée cet épisode de ma vie ...

 


Commenter cet article