Mon Bébé Parfait

Publié le par NiouzMum

 

20120227_BBParfait.jpg

 

 

Ce titre est volontairement provocateur mais à lire en regard d’un autre billet sur mes enfants : My Baby, Ce BABI

 

Je tiens à préciser également que ces articles ne sont pas là pour indiquer que je préfère l’un ou l’autre de mes enfants, je les aime tous les 2 d’un amour d’une égale intensité mais je veux ici décrire (à des fins personnelles – garder une trace de notre vécu – ou moins – apporter un témoignage -) 2 êtres totalement différents dans leur petite enfance et 2 façons distinctes d’appréhender ma maternité dûes à des ressentis totalement divergents.

 

 

MiniLui n’était certes pas un bébé parfait : le bébé parfait n’existe pas, tout comme la maman parfaite n’existe pas, tout comme l’homme parfait n’existe pas, c’est un fait.

(et puis si la perfection existait et qu’il était si parfait on n’essuierait pas des crises comme celles qu’on se farcit actuellement #terribletwopower)

 

 

Cependant MiniLui a été un bébé facile, s'adaptant à toutes les situations :
      il s'endormait partout et n'importe où ;
     il ne pleurait que lorsqu'un de ses "besoins" (manger, dormir, être changé ou câliné) n'était pas satisfait, et ses besoins étaient facilement identifiables ;
      il allait vers les autres et passait facilement de bras en bras, simplement après un regard interrogateur vers nous semblant nous demander si nous approuvions cela ;
      en période d'éveil il acceptait d'être posé sur son tapis, dans don parc, dans un transat et de jouer tranquillement pendant que nous vaquions à nos occupations, ...

 

Avec lui tout était donc simple, facile, aisé, et nous croyions naïvement que c'était parce qu'on l'avait habitué comme ça : nous pensions que ses capacités d’endormissement facile étaient dûes au fait que depuis tout petit il avait été encouragé à s'endormir dans le noir comme dans la lumière, dans le silence comme dans le brouhaha, dans son lit comme dans les bras, dans l'écharpe comme dans sa nacelle ou son cosy, que s’il allait vers les autres c’est parce qu’on lui avait donné assez confiance en lui, en nous et aux autres dès la maternité, et ainsi de suite.

 

Il y a forcément eu quelques moments difficiles, une nuit vers 3 mois où il a tété pendant 2 heures et demie non stop (= pic de croissance), une autre vers 15 mois où il a été très difficile de le coucher (il faisait très chaud) et un trajet en voiture vers 8 mois où il a crisé dans la nacelle et où il a fallu le mettre dans le cosy (on avait raté son « train » d’endormissement).

 

Nous ne nous sommes avec lui posé aucune question quant à nos capacités à être de "bons parents" (attention je ne veux pas dire parfaits mais répondant au mieux aux besoins de leur enfant), puisque tout semblait couler de source.

Nous n’avons pas eu l’occasion de douter de nous, de culpabiliser ou de nous remettre en question.

Nos débuts en tant que parents ont été marqués par cette simplicité et le fait que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes de soi.

 

 

A ce titre, je comprends certaines mamans dont j’ai lu des articles de blogs qui se demandaient s’il y avait une mascarade générale, une coalition des "déjà mamans" dont le but était de faire croire aux nullipares que la-maternité-c’est-facile-c’est-beau-ce-n’est-que-joie-et-bonheur et qui quand elles ont leur enfant pensent qu’on leur a menti délibérément.

Je pense également à ma collègue de travail, enceinte entre mes 2 grossesses et à qui je dépeignais donc une vision idyllique de la maternité, et qui a rapidement déchanté avec son bébé (qui, je pense était un bébé "normal" alors que MiniLui était un bébé parfait particulièrement facile).

 

A toutes ces mamans là je serais tentée de dire « Pardon » même si je n’y suis pour rien : je n’y suis pour rien car non je n’ai pas menti ou voulu cacher quelque chose, c’était vraiment mon ressenti et je suis persuadée que ça peut être le ressenti de certaines mamans en fonction de ce qu’elles vivent avec leur bébé.

 

Mais je me suis aperçue ensuite, quand mon BABI est né, que MiniLui n’était pas un modèle de bébé universel et que, sur le même principe que « chaque grossesse est différente », on peut affirmer aussi que « chaque enfant est différent » même si les parents sont les mêmes et apportent à chacun le même intérêt, les mêmes soins, les mêmes bases, la même éducation, le même amour qu’aux autres.

 

 

Et je te rassure MiniLui est maintenant juste un petit garçon Normal, sage/turbulent/intelligent/énervant/tranquille/éveillé/observateur/vif/qui fait des bêtises et nous fait parfois tourner en bourrique/obéissant/dans son monde/gentil/serviable/désobéissant bref, un petit DeuzAnsEtDemi, quoi !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans MiniLui

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mamko 30/03/2013 15:21

Ce bébé serait-il une pub pour la natalité? Ferait-il partie du "grand complot"? J'ai du me pincer à plusieurs reprises en lisant ton article!
Je te remercie pour ton humilité et l'aveu de ta naïveté. Qu'est-ce que j'ai pu détester les parents comme vous! Ceux qui pensent que leur enfant dort bien parce qu'ils l'ont habitué à dormir
partout...
Te lire me fait du bien.

NiouzMum 02/04/2013 11:04



Tant mieux si ce billet a pu faire du bien à quelqu'un ... et comme je l'écrivais ce n'était absolument pas une volonté d'enjoliver la réalité ou de mentir, c'était réellement ce que je
ressentais quand je n'avais que MiniLui ; je me suis réellement rendue compte avec Zébulon que c'était une question de personnalité de l'enfant et non d'éducation des parents !



Raquel 28/02/2012 21:28

Ah ! donc ce genre de bébés ne sont pas juste une légende ???? Alors là, merci :D

NiouzMum 29/02/2012 11:50

Rassure-toi avec l'arrivée du Terrible2 la perfection en prend un coup !!!

Isabelledanslesetoiles 27/02/2012 12:33

Effectivement c'est un portrait de bébé idéal. Quelques points sont identiques à ceux de ma Sucrette mais je suis loin du compte :) On va voir pour le BABI!

NiouzMum 27/02/2012 20:20

Bon après ça a ses inconvénients aussi pour lui dans le sens où du coup on est vachement exigeants avec lui