Ma Revue de Blogs #6

Publié le par NiouzMum

 

20121015

 


Cette semaine je me suis retrouvée dans ce billet de Malise : "L'éducation en héritage" où elle se demande si finalement de nombreuses petites phrases qu'on "assène" à nos enfants et qu'on regrette aussitôt ne seraient pas dûes au fait qu'on les a beaucoup entendues étant petits ... J'aurais notamment pu rédiger mot pour mot le commentaire que Mère Lacunaire y a laissé !
Parmi les petites phrases que j'ai dû beaucoup entendre étant enfant il y a celle-ci également : "Tu ne veux pas me faire de bisous ? Tu ne m'aimes plus ?". Celle-ci en revanche me fait tellement froid dans le dos quand j'entends quelqu'un la proférer à mes enfants que je suis certaine de ne jamais la leur dire. Par contre je regrette amèrement de ne pas arriver à reprendre systématiquement les personnes qui la prononcent devant eux, car bien entendu ce n'est jamais exprimé avec une mauvaise intention, mais j'ai l'impression que c'est sans réellement réaliser la portée et l'enjeu de ce qui est émis par là ...
(et sans vouloir faire de psychologie à 2 balles je pense que certaines de mes "difficultés" relationnelles doivent tirer leur source de là ...)


Son billet rejoint pour moi certains points abordés dans celui de Famille Heureuse (Je suis en colère ...) et dans les commentaires en ce sens où notre colère et nos réactions pour l'exprimer peuvent également être issus de faits de notre enfance ... Elle y propose des pistes de travail et de réflexion pour exprimer sa colère et que celle-ci ne nous "bouffe" plus, et il est vrai qu'aspirant à être plus zen au quotidien (vis à vis de mes angoisses certes mais également d'un état de nervosité latent) cela m'intéresse beaucoup.

En revanche, et comme je le dis chez elle, je n'arrive pas pour ma part à différencier l'origine de ma colère quand je la ressens de l'élément qui l'a déclenchée, et ça semble pourtant être la base de ce travail.

 

 

PetitsDiables, dans son billet de lundi, se pose des questions quant à la médicalisation de la grossesse, tant décriée par moments : les grossesses sont-elles surmédicalisées de nos jours ?

Je sais que, pour ma part, le fait d'être suivie est plutôt rassurant (même si ça ne m'empêche pas de râler parfois contre le manque d'écoute et d'humanité de certains médecins) : ayant été alitée quelques mois pour MAP lorsque j'attendais MiniLui, une sage femme venait me faire 2 monitoring par semaine à la maison, et j'ai eu plus de rdv gynéco et d'échos qu'une grossesse "normale". Ainsi, lorsque j'attendais Zébulon le temps entre 2 rdv médicaux pour savoir si tout allait bien me paraissait bien long !

Il en est de même pour l'accouchement, où je me sentais "rassurée" d'être entourée par l'équipe médicale qui était là pour me "guider" dans mes agissements, et de savoir qu'en cas de problème elle était là pour gérer (enfin c'est ce que j'en attendais du moins ;p)

Pourtant, dans la "vie courante" je ne vais que très rarement chez le médecin, donc n'ai pas besoin de cette proximité avec le corps médical.

 

 

 

Et Toi ? des billets que tu souhaites partager ou dont tu souhaites approfondir la réflexion ?

 

 


 

 


Publié dans Revue de Blogs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Top Produits Bébé 03/02/2013 00:22

Très sympa ta revue de blogs ! Concernant le dernier sujet, j'avais écrit un article sur "oui à la surmédicalisation" car dans mon cas j'ai un antécédent d'accouchement préma et une béance du col +
beaucoup de contractions donc j'ai besoin de ce suivi soutenu pour vérifier que tout va bien et en même temps ça me rassure. Par contre une fois que j'ai accouché, je pars vite de la maternité
(deux jours après) car je n'aime pas du tout l'univers hospitalier, certaines infirmières puéricultrices rabaissent des mamans et ne les encourage pas à allaiter par exemple, c'est tellement plus
simple et plus rapide de donner des bibs aux jeunes mamans un peu désemparées et avec des débuts de crevasse...

NiouzMum 03/02/2013 18:37



Pour mon 1er je n'ai pas pu sortir très tôt (césa + je m'étais mis dans la tête que "c'était comme ça") et je n'ai pas forcément bien vécu les "visites permanentes" du personnel ni leurs
informations contradictoires (ils m'ont aussi fait le coup de vouloir donner un bib alors que je refusais !) ... Par contre pour le 2ème je suis sortie dès que j'ai pu parce que l'aîné et mon
chéri me manquaient trop ! (mais pendant mon séjour le personnel m'a foutu une paix royale, considérant certainement que comme j'étais déjà passée par là 18 mois plus tôt je "savais" ;p)