Être LA Mère de SES enfants #16

Publié le par NiouzMum

 

Etre Mère c'est concevoir l'éducation de ses enfants et notre relation à eux aussi et surtout en fonction de son propre vécu : certaines choses que l'on va reproduire et d'autres au contraire pour lesquelles on agira de façon totalement opposée ... selon si on en a souffert ou pas, selon ce qu'on pensera être pour le mieux avec le recul qu'on aura ...

 

 

Il y a tellement de façons de faire, tellement de pression sur ce rôle de parents, tellement d'enjeux pour nos enfants que personne ne peut dire qu'il y a une "meilleure" façon de faire pour guider nos enfants dans la vie et en faire des êtres heureux, épanouis et bien dans leurs baskets (parce qu'après tout il n'y a que ça qui compte, bien avant le fait d'être sociables, intelligents, riches, qu'ils aient une bonne situation, ...)

 

 

 

***

NiouzDad comme moi sommes issus de familles unies mais dans lesquelles on parle peu de sentiments ...

Nous savons que nos parents et frères et soeurs nous aiment, ils savent que nous les aimons mais nous sommes tous pudiques et mal à l'aise donc on ne le formule pas. Ou très (très très) rarement.

En a-t-on souffert je ne saurais le dire ... peut être inconsciemment ? mais toujours est-il que nous disons souvent à nos enfants que nous les aimons ! Non seulement nous le leur disons, le leur répétons, mais nous nous assurons également qu'ils en ont bien conscience ...

Il y a peu de contacts physiques dans nos familles alors nous les multiplions avec nos enfants, à grands coups de câlins et autres bisous.

 

 

 

***

Lorsque j'étais petite me séparer de mes parents était un véritable déchirement pour moi. Ca prenait de telles proportions qu'à la fin, poussés par leurs familles, par la pression sociale et les écrits de "bien-pensants" de l'éducation de l'époque ils avaient fini par adopter la technique de "on part pendant qu'elle dort" et que je me retrouvais au réveil auprès de personnes qui ne m'étaient certes pas inconnues (grands-parents, tantes), dans des lieux qui m'étaient familiers également mais sans mes parents à qui je n'avais pas dit "au revoir" alors qu'en me couchant on m'avait assurée de leur présence à mon réveil.

Je ne leur en veux pas, ils ne s'en sont jamais caché depuis, ont reconnu qu'ils avaient eu tort et en sont désolés mais leur en vouloir ou les faire culpabiliser ne changerait rien à ce qui a été fait. D'autant que sur le moment ils pensaient réellement que c'était la meilleure attitude à adopter et pensaient ainsi me "faciliter" les séparations.

J'en ai beaucoup souffert et je traîne certainement quelques casseroles à cause de ça, et du coup j'ai adopté (plus ou moins consciemment à la base même si là, en conceptualisant je rends la chose beaucoup plus consciente) une attitude à l'opposé de celle de mes parents (et, dès nos 1ères séparations d'avec nos Minis j'ai incité NiouzDad à faire pareil) : lorsque nous laissons les enfants à quelqu'un, que ce soit chez nous ou ailleurs, nous leur expliquons que nous partons, ce que nous allons faire, qui va les garder, combien de temps, ce qu'ils feront et au bout de combien de temps nous reviendrons.

Nous les y préparons même généralement quelques jours à l'avance. Et ça va même jusqu'à anticiper d'éventuelles sorties que je suis amenée à faire seule en les laissant à ma mère alors qu'on approche de l'heure de leur sieste : "là tu vas aller dormir mais sache qu'en te réveillant maman sera sortie {but de la sortie} et que c'est NiouzNan' qui sera là, je reviendrai {moment du retour}"

Cela me parait important et je m'assure toujours qu'ils ont bien entendu l'info (même quand ils n'étaient pas capables de le verbaliser), quitte à devoir essuyer leurs quelques larmes ou entendre leurs cris déchirants mais je savais qu'au bout de quelques minutes ils se calmaient et je n'avais pas l'impression de les avoir "trahis"

Encore maintenant quand je laisse MiniLui à l'école je m'assure qu'il est prêt pour que je m'en aille et qu'il sait que je reviendrai le chercher.

 

 

 

***

Concernant la nourriture maintenant on a certains principes sur lesquels on ne transige pas ...

Après avoir vu mon OncleConnard (pardon ça m'a échappé) (mais c'est pas à cause de cet exemple qu'il s'appelle comme ça) forcer mon cousin à finir son assiette quitte à la lui resservir au repas suivant ...

Après avoir l'exemple de la fille de ma cousine et d'une de nos nièces qui ne mangent rien (sauf du chocolat, du gâteau, du jambon blanc et ... ben rien d'autre en fait)(à tel point qu'à 4 ans une d'elles au restau : "je finis pas ma crêpe au jambon je me réserve pour la crêpe au nut*lla" => nan mais t'as 4 ans là donc soit t'as faim et tu manges ce que t'as puis on verra après si tu veux autre chose soit t'as plus rien)(et mangent n'importe quand donc n'ont "plus faim" aux repas) ...

Ben après tout ça nos principes c'est "Si t'as plus faim tu ne manges pas ... Mais si t'as encore faim tu termines ce qu'il y a dans ton assiette avant d'avoir autre chose" (bien sûr on ne leur dit pas ça quand il s'agit d'un aliment nouveau qu'ils n'ont jamais goûté auparavant et sont susceptibles de ne pas aimer, chacun ses goûts aussi !) (et attention ce n'est pas "tu finis ton assiette quoiqu'il arrive", comme certaines personnes avaient compris O_ô)

Mais je suis bien consciente qu'on a adopté ces principes-là et qu'on s'y tient par rapport à notre vécu et que dans d'autres familles c'est différent (par exemple une copine laisse son fils de 2 ans manger ce qu'il veut et quand il veut parce que son mari à elle a été frustré par sa mère niveau sucreries quand il était petit et que maintenant il bouffe des cochonneries en cachette, elle ne veut donc pas reproduire ça avec son fils et agit donc, elle aussi en fonction de sa propre expérience, de son propre vécu, et ce n'est pas mieux ou moins bien que notre façon d'agir à nous)

 

 

 

***

J'ai (la fâcheuse) tendance aussi à attribuer à mes enfants certains de mes sentiments, certaines de mes pensées ...

En ce moment, et avec mes angoisses, je ne veux pas entendre parler de malheurs, de faits divers sordides, de maladie ou autres accidents. C'est pour ça que ça me va d'autant plus de ne plus regarder la télé. (tu peux dire que je fais l'autruche si tu veux mais j'essaie de me préserver comme je peux)

Et je ne veux pas qu'On (nous, les autres), parle de telles choses devant mes enfants.

Mais du coup peut-être que je les "surprotège" trop, qu'ils vont croire qu'ils vivent dans un monde gentil et merveilleux (bon ça, pas de risque, je leur montre assez souvent que les gens sont irrespectueux ^^) et que le jour où ils se rendront compte de la réalité de notre monde ça va les traumatiser !?

Mais c'est MA/NOTRE façon de faire et elle est ainsi car elle NOUS paraît être la meilleure pour NOS enfants ...

 

 

 

Bon, par contre on n'a aucun "exemple" ni "vécu" particulier concernant leur sommeil donc c'est totalement freestaïle, et mon petit doigt me dit que ce que nous "acceptons" faisons NOUS ferait bondir bien des parents ;p

 

 

 

C'était mon Etre Mère pour MADAME Babidji, en espérant qu'elle ait décuvé (rhô, v'là comme j'y vais ;p) et qu'elle pourra le lire ;p

 

 

 

etremere-logo

 

 

Publié dans Etre Mère

Commenter cet article

Mamko 30/03/2013 11:16

Ce que je trouve difficile, c'est que notre façon de faire peut parfois être perçue par d'autres comme une critique de leur propre façon de faire.
Par exemple, nous avons fait le choix de ne pas laisser pleurer notre bébé pour qu'il s'endorme seul (vu que tu as eu un BABI, tu comprendras que ça s'est imposé à nous), et ma belle-mère l'a très
mal vécu, comme une remise en question de ce qu'elle avait fait pour son propre fils (avec pas mal de conséquences d'ailleurs, mais c'est une autre histoire).

NiouzMum 02/04/2013 10:20



Je vois bien ce que tu veux dire ... Heureusement notre entourage a la bienveillance de ne pas se sentir visé directement et réalise bien que c'est notre façon de faire à nous, qui convient le
mieux à tout le monde (parents comme enfants), et quand c'est totalement à l'opposé de ce qu'ils font/faisaient eux ils comprennent bien que les caractères sont différents, les personnalités
aussi et que les mentalités évoluent ... (ma mère regrette d'ailleurs beaucoup de ne pas avoir pu/su s'affirmer plus quand nous étions petits mon frère et moi et de ne pas s'être plus écoutée,
d'avoir "cédé" aux "pressions" de son propre entourage et nous admire pour ça mon mari et moi)



Babidji 18/10/2012 00:21

juste génial ce post tellement je m'y retrouve ! il est fabuleux ! j'agis pour tout comme toi (certainement un hasard car ce n'est pas trop dû à notre propre vécu mais juste par bon sens j'imagine
... oui je me la pète puisque ça signifie en effet dans cette phrase que nosu avons du bon sens ;) ) quant à la télé, les infos etc. je pense qu'on les protège tous et que surtt chaque chose en son
temps ! nous on en est au stade "ne suis pas qqun que tu ne connais pas et n'accepte pas des bonbons" ... sachant que pour Cerise tout le monde il est beau il est gentil vu que par notremétier on
parle à tous les inconnus !!! elle sait aussi que son père emporte en Inde les vêtements un peu abîmés pour les enfants pauvres mais on ne lui blinde pas le cerveau de trucs dramatiques, on éteint
la télé quand les infos sont trop trash ou qu'un film ou une série commence avant qu'elle n'ait eu le temps de se coucher et c'est bien normal ! surtt à 4 ans 1/2 !!! merci pour ce superbe post,
vraiment !

NiouzMum 18/10/2012 15:20

Je suis contente de voir que d'autres s'y retrouvent ... Et que je suis pleine de bon sens ;p
Le truc c'est que parfois pour d'autres notre bon sens n'est pas le leur et ils peuvent avoir aussi un vécu qui fait que et des arguments recevables.

maman est occupée 17/10/2012 16:55

Je partage ton point de vue sur plusieurs points (la bouffe, l'habitude de nos parents de partir sans nous le dire,...). Je partage aussi certaines de tes angoisses : j'ai eu le malheur de regarder
l'émission de Zone Interdite sur les enfants aux urgences et je me suis mise à craindre que mes enfants tombent gravement malades. Ca me fait peur.

NiouzMum 18/10/2012 15:16

On dirait que c'est symptomatique d'une époque ces départs en douce ...
Comme quoi il y a des "modes" aussi dans l'éducation ;)

la farfa 17/10/2012 09:57

Oui, notre vécu, notre passif influence notre façon de faire. On garde ce qu'on a trouvé bien de la façon de faire de nos parents, et on change ce qui ne nous a pas plu.
Par exemple, en ce qui me concerne, je lui répète énormément que je suis fière de lui (parce que j'ai le ressenti que mes parents me l'ont très peu dis, sans doute pensaient ils que c'était
évident... ) et je ne lui dis jamais "mais pleure pas pour ça, c'est rien!" parce que je l'ai trop entendu cette phrase.
Après, faut réussir à faire accepter nos façons de faire par nos proches, grands-parents y compris... et ça... c'est pas facile facile...

NiouzMum 18/10/2012 14:36

Je me retrouve vraiment dans ton commentaire (si ce n'est que mes parents m'ont toujours laissé entendre qu'ils étaient fiers de moi) ...
Je me force à ne pas dire "mais ne pleure pas", qui me vient malheureusement assez naturellement (pour soit-disant "consoler" ou parce qu'ils me cassent les oreilles !)
Et effectivement je suis souvent tentée de "reprendre" ma grand-mère pour des trucs qu'elle me sort un peu d'un autre temps (bon en même temps c'est un peu normal aussi !!!)

Isabelle dans les étoiles 17/10/2012 09:29

Tu as raison tout est question de vécu perso. C'est bien pour ça que je ne supporte pas les jugements à l'emporte-pièce.
Pour ce qui est d'expliquer son absence c'est ce que je commence à faire avec ma Sucrette pour la semaine prochaine. Mais j'aborde cela de façon très détendue car je sais qu'elle sera avec sa mamie
(oui pour un contrat court pas de recherche d'un autre mode de garde) qu'elle adore!

NiouzMum 18/10/2012 14:32

Ah c'est sa mamie finalement !? Cool !!!
Et toi tu te sens "prête" ? (à reprendre, à confier ta fille, à être loin d'elle ...)