Cas de Conscience

Publié le par NiouzMum

 

 


Les vaccins de nos Loulous sont source de beaucoup de questions : oui-ou-non-si-oui-lesquels-

quand-et-pourquoi notamment.

Faire la part entre les risques encourus par la vaccination, inconfort immédiat, effets secondaires potentiels à plus ou moins long terme et les risques encourus par la non-vaccination si il y a exposition à la maladie ou si celle-ci se déclare.

Pourcentage de risque dans chaque cas mais également évaluation du degré de gravité des symptômes/de la maladie.

 Décider de manière arbitraire ... On a beau se renseigner, se documenter, prendre des avis chez les uns, chez les autres, du corps médical, de "gens qui savent", d'autres parents, avis qui bien entendu divergent et nous embrouillent encore plus, la décision finale ne nous appartient qu'à nous, c'est à nous parents qu'incombe cette responsabilité.
Et la responsabilité est énorme car si le choix effectué s'avère néfaste pour notre bébé/bambin/enfant/devenu adulte on aura beau assumer cette responsabilité cela ne nous empêchera pas de culpabiliser et de nous dire "et si ...?"

Le risque zéro n'existe pas et il faut donc choisir en mesurant le risque qui nous paraît moindre, ou du moins le plus "acceptable" si tant est qu'il puisse l'être.
Mais quand en plus tu prends une décision et que par un concours de circonstances ton comportement diffère de ton attitude ça se complique encore plus ...

Pour différentes raisons nous avions fait le choix de ne pas vacciner MiniLui contre l'hépatite B. Un choix peut être discutable aux yeux de certains mais Notre choix.
Nous l'avions dit assez tôt à la pédiatre (à une époque où elle n'était pas encore "sa" pédiatre mais où nous l'avions consultée ponctuellement) mais, lorsque quelques moi plus tard elle est devenue notre pédiatre attitrée et nous a prescrit le vaccin InfraRix elle a noté le "hexa", regroupant en fait non pas 5 mais 6 vaccins (dont l'hépatite B).
Bon, là tu vas te dire que je suis une grosse quiche et que j'aurais pu m'en apercevoir mais n'étant pas médecin je considère que je peux faire confiance au corps médical qui lui "sait". Et à sa décharge je ne lui ai pas redit lors de cette visite là que nous ne souhaitions pas le vacciner contre l'hépatite (je ne savais pas que la question se posait à ce moment-là). Donc tacitement elle m'a prescrit ce vaccin, que j'ai commandé à la pharmacie puis qui a été injecté à notre MiniLui.
Lorsque nous en avons rediscuté quelques mois plus tard elle m'a dit qu'il fallait faire le rappel pour l'hépatite. C'est là que j'ai réalisé la boulette et que j'ai commencé à m'en vouloir ... Vis à vis de MiniLui mais aussi et surtout vis à vis de NiouzDad puisque nous avions pris Ensemble la décision de ne pas faire faire ce vaccin-là.
Certes nous avions à partir de ce moment là le choix de faire le rappel ou pas mais du produit a déjà été injecté.

D'autre part, et c'est là que ça relève du véritable cas de conscience, se pose donc maintenant la question de savoir si on fait vacciner Zébulon ou non : devons-nous nous en tenir à notre décision initiale qui était de ne pas faire faire cette injection-là et ainsi créer une sorte de "déséquilibre" entre nos enfants (l'un "protégé" -ou pas si on ne fait pas faire les rappels- de la maladie mais "exposé" aux effets secondaires à long terme du vaccin -et ce même si on ne fait pas faire d'autres injections dudit vaccin ; et l'autre pas "exposé" au vaccin mais pas "protégé" non plus face à la maladie) ; sachant que de toute façon en plus celui qui a reçu le vaccin peut ne jamais être confronté à cette maladie tandis que c'est peut être celui qui n'a pas été vacciné qui sera amené à y être exposé ; ou devons-nous plutôt privilégier le fait d'"offrir" le même "capital vaccinal" (on va dire que ça existe ;p) de départ à chacun de nos enfants au mépris de nos convictions initiales ?

Le choix de faire vacciner ou non ses enfants n'est déjà pas simple en soi mais avec ma bourde je nous rajoute en plus le cas de conscience de quoi faire pour le deuxième en fonction de ce qui a été fait pour le premier ?
Et comment expliquer plus tard à nos enfants le choix de telle ou telle décision et de tel ou tel acte si un jour ils nous demandent "des comptes" ?

20120820.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la farfa 20/08/2012 21:38

Pas simple comme choix...
Nous, on ne l'a pas vraiment eu, le choix, vu que certains vaccins étaient obligatoire pour pouvoir le laisser chez une nounou agréée... Bon, on était plutôt pour le faire vacciner. Mais quid des
parents qui voudraient faire un autre choix? (et quid du consentement éclairé aussi, parce que c'est vraiment difficile de trouver des infos fiables et impartiales sur le sujet... Et j'ai fait des
études plutôt médicales, mais les vaccins humains, je les connais pas du tout...)

NiouzMum 21/08/2012 08:42

C'est clairement un choix difficile à faire à la base et c'est pour ça que je m'en ceux vraiment d'avoir merdé pour la vaccination de MiniLui ...
Après pour les vaccins obligatoires en collectivité je pense que c'est une question de santé publique, je n'ai pas vraiment d'avis sur la question mais je peux en comprendre les arguments ;)
C'est vrai que c'est difficile de trouver des infos objectives sur la question ...

Isabelledanslesetoiles 20/08/2012 10:08

Peut-être était-ce un acte manqué à la sauce Freud ;)
Sans rire, je ne saurais quoi te conseiller. J'avoue ne pas m'être posée de questions quant aux vaccins. Peut-être suis-je inconsciente mais pour moi, le fait que ma Sucrette ne soit pas droguée
aux antibiotiques m'a semblé tellement plus important que je n'ai pas pensé aux vaccins...

NiouzMum 21/08/2012 08:38

Je ne pense pas que tu sois inconsciente, c'est quelque chose de tellement personnel ... Et je te comprends pour les Antibio ...