*

Publié le par NiouzMum



Quand ça ne va pas, que quelque chose me contrarie, j'ai bêtement tendance à "faire la gueule" au lieu de dire clairement ce qu'il y a.
Ainsi par exemple, sur l'autoroute de nos vacances, après s'être arrêtés une 1ère fois sur une aire car la miss pleurait (sans descendre de voiture), nous nous sommes arrêtés une 2ème fois "parce que c'était l'heure du goûter des garçons et que NiouzDad et les NiouBoys voulaient s'arrêter dans CETTE aire-là" ; alors que BabyGirl dormait et qu'on savait très bien qu'il faudrait s'arrêter de nouveau dès son réveil. Je suis donc restée avec elle dans la voiture et j'ai ruminé (et rédigé ce billet ^^). Parce que mon comportement fâché d'adolescente-jamais-contente me dérangeait j'ai tenté de comprendre ce qui me contrariait, au fond.
En effet, ce n'était pas si grave de s'arrêter plusieurs fois puisqu´on était en vacances justement mais plus on rallongeait le temps de trajet plus BabyGirl passait de temps dans son cosy, plus on prenait de risques qu'elle en ait marre et se mette à râler, et enfin nous devions arriver avant la fermeture des magasins pour faire des courses puisque nous n'avions pas de couches, rien à manger, et que le lendemain était un dimanche.

Donc à force de râler je me demande parfois si ça n'est pas uniquement par principe mais si j'enclenche la réflexion (ce qu'il faudrait que je fasse systématiquement) je m'aperçois que souvent c'est fondé. Seulement râler pour râler n'est pas constructif, c'est même contre-productif puisqu'on s'arrête à "elle n'est jamais contente celle-là" au lieu d'essayer de comprendre mes motivations.
il vaudrait donc bien mieux que j'en extraie les arguments afin de les exposer posément et ainsi convaincre mon/mes interlocuteur/s

Commenter cet article